Plus du tiers des Québécois pensaient en avoir fini avec les déménagements;

Publié le par Banque TD

Sujet(s): Divers

Source: Service des communications

Plus du tiers des Québécois pensaient en avoir fini avec les déménagements;
- Même s'il n'avait pas la moindre intention de déménager dans un avenir rapproché, plus du tiers des Québécois projette maintenant d'acquérir une nouvelle propriété (35& %). Si 41& % d'entre eux songeaient à déménager, ils n'envisageaient pas de le faire aussi rapidement. Le Rapport& 2011 de TD& Canada& Trust sur les acheteurs expérimentés, pour lequel un sondage a été réalisé auprès de Canadiens ayant récemment acheté une propriété qui n'était pas leur première résidence ou ayant l'intention d'en acheter une, indique que près des deux tiers des acheteurs expérimentés québécois déménagent pour avoir une propriété plus spacieuse et plus luxueuse et que les trois quarts déménagent plus rapidement qu'ils ne l'avaient prévu.

«& Notre sondage démontre que les Québécois n'habitent pas la même maison très longtemps, affirme Linda Dupont, directrice régionale des ventes, Crédit personnel, TD& Canada& Trust. Cependant, avant de prendre la décision de déménager, j'aimerais rappeler aux gens d'explorer toutes leurs options. Il pourrait être plus abordable de rénover et d'améliorer leur résidence afin qu'elle réponde à leurs besoins plutôt que de déménager.& »

Les Québécois sont les plus susceptibles au pays d'admettre que le prix (46& %) les a obligés à faire des compromis sur le choix de leur résidence précédente, mais qu'ils ne s'y prendront pas de la même façon cette fois-ci. D'autres facteurs qui influenceront davantage leur décision cette fois-ci sont le nombre de chambres à coucher (35& %), les caractéristiques esthétiques de la maison (30& %), son aménagement (29& %) et la présence d'un garage ou d'un stationnement avec auvent (29& %).

«& Si vous n'aimez plus l'aménagement ou certaines caractéristiques esthétiques de votre maison, par exemple, la rénovation pourrait être une option plus pratique pour vous épargner les tracas et les dépenses liés au déménagement, ajoute Mme& Dupont. En outre, une ligne de crédit sur valeur domiciliaire vous permettra d'utiliser la valeur de votre résidence pour financer les rénovations. De plus, si vous décidez de vendre un jour, ces rénovations pourraient augmenter la valeur de revente de votre résidence.& »

Cinquante-cinq pour cent des acheteurs expérimentés au Québec ont envisagé de demander une ligne de crédit sur valeur domiciliaire (LCDVD), et ils sont autant à dire (47& % dans les deux cas) qu'ils préfèreraient l'utiliser comme simple coussin financier que pour faire des rénovations. Trente pour cent des répondants utiliseraient la ligne de crédit pour investir.

Choisir le bon moment& : Les Canadiens pensent qu'il s'agit d'une bonne période, tant pour acheter que pour vendre

Cette année, les Québécois étaient plus susceptibles d'affirmer que leur décision d'acheter une autre propriété avait été influencée par une occasion d'investissement (21& % contre 13& % en 2010). La grande majorité d'entre eux (90& %) prévoient vendre leur résidence actuelle, et ceux qui ont mis leur résidence en vente sont plus susceptibles que l'année dernière de vouloir la vendre au prix demandé ou même au-delà du prix demandé (80& % contre 71& % en 2010).

Les Québécois sont moins susceptibles de vouloir conserver leur propriété actuelle en plus de la seconde propriété qu'ils souhaitent acquérir (10& %). Parmi le groupe de ceux qui ne prévoient pas vendre leur propriété actuelle, 42& % la garderont comme propriété locative. Près d'un Québécois sur cinq (19& %) affirme qu'il habitera sa résidence actuelle et qu'il gardera la nouvelle propriété comme immeuble locatif (aucun Québécois n'a répondu à cette question en 2010).

«& L'acquisition d'une résidence représente évidemment un achat très important, particulièrement si vous n'avez pas de maison à vendre pour vous aider à en amortir le coût. De plus, je crois que les gens devraient garder en tête que s'ils aspirent à vendre à un prix plus élevé que celui qui est demandé, ils devraient également s'attendre à payer leur nouvelle maison plus cher que le prix demandé, affirme Mme& Dupont. Un spécialiste en prêts hypothécaires de votre institution financière peut vous fournir toutes les options financières qui s'offrent à vous, en plus de vous indiquer les stratégies et les produits qui pourraient vous permettre d'économiser de l'argent et vous offrir les remboursements hypothécaires plus flexibles.

Les Québécois sont des vendeurs plus avisés que l'an dernier

Le Rapport sur les acheteurs expérimentés de TD& Canada& Trust souligne que les Québécois sont plus susceptibles de dire qu'ils ont contracté un prêt hypothécaire pour l'achat de leur résidence actuelle (76& %) et qu'ils contracteront également un tel prêt pour leur nouvelle résidence (80& %).

En 2010, près de trois Québécois sur dix (29& %) planifiant vendre leur résidence ne savaient pas qu'ils pouvaient bénéficier de différentes options concernant leur prêt hypothécaire. Cette année, ce pourcentage est de seulement 6& %. Un tiers des Québécois qui vendent leur résidence disent vouloir transférer le solde et les modalités de leur prêt hypothécaire sur leur nouvelle propriété et 19& % disent vouloir l'offrir comme un avantage au moment de la vente de leur maison. Bien qu'ils affirment être au courant des options, 41& % n'ont pas réfléchi à celle qu'ils allaient choisir.

«& Il est aussi important de tenir compte des options relatives à l'hypothèque, qu'on soit vendeur ou acheteur. Vous devriez peut-être utiliser votre prêt hypothécaire comme argument de vente, ou encore conserver votre prêt hypothécaire à faible taux pour réaliser des économies. Discutez avec un spécialiste pour savoir quelle option pourrait répondre à vos besoins& », ajoute Mme& Dupont.

Le Rapport& 2011 de TD& Canada& Trust sur les acheteurs expérimentés

Les résultats de cette enquête ont été recueillis dans le cadre d'un sondage personnalisé mené en ligne par Environics Research entre le 16 et le 28& juin& 2011 auprès de 1& 025& personnes, dont 230 du Québec. Tous les participants avaient acheté une résidence qui n'était pas leur première propriété dans les 24& derniers mois, ou prévoyaient le faire dans les 24& prochains mois.

&

0 Réponse à “Plus du tiers des Québécois pensaient en avoir fini avec les déménagements; ”

Laisser un commentaire