Le premier juillet s'annonce compliqué

Publié le par Martin A. Messier

Sujet(s): Mot de l'éditeur

Le premier juillet s'annonce compliqué

Le premier juillet s'annonce compliqué en cette saison des déménagements combinée avec une crise du logement.
La situation des déménagements au Québec n’a rien d’aisée. En effet, tous les ans au 1e juillet, plusieurs locataires vont déménager pendant que d’autres vont emménager.

Cette année cependant la situation risque de particulièrement se compliquer.

Alors que plusieurs villes ont déjà annoncé que des locataires se retrouveront à la rue, ayant décidé de ne pas renouveler leur bail avant d’avoir retrouvé un logement.

Il est important pour vous de faire les premiers pas si ce n’est pas déjà fait et de valider avec vos locataires la planification qu’ils auront faite pour leur journée de déménagement.

En effet, c’est à ce moment que vous apprendrez peut-être que votre locataire a décidé de ne plus déménager et qu'il a oublié de vous aviser.

D’autres locataires attendent après un logement qui ne sera pas prêt à temps.
Enfin, certains se seront achetés une maison ou un condo et les délais de livraison de leur unité retardent peut-être leur départ.

Vous devez alors leur expliquer que le bail se termine le 30 juin à minuit et qu’ils doivent avoir quitté au plus tard à cette date. Naturellement, nous ne pouvons effectuer un tour de magie et permettre à chacun de déménager instantanément d’un logement à un autre le 30 juin à minuit.

Pour cette raison, plusieurs logements vont se vider graduellement pendant que d’autres vont se remplir graduellement aussi.

C’est pourquoi il est important de prévoir les heures de déménagement de vos locataires qui entrent et sortent afin d’en faire la planification et de sensibiliser vos locataires au fait qu’il est fort possible que la cuisine se remplisse alors que le salon se vide.

Si toutefois vous avez un locataire qui refuse de déménager, il vous faut savoir que vous avez l’obligation de livrer votre logement au locataire qui arrive. C’est une obligation de garantie.

Votre locataire pourrait refuser, si vous ne pouvez le livrer, d’en prendre possession et vous aviser que son bail est résilié.

Comme vous n’êtes pas en mesure de livrer le logement, votre locataire aurait raison. Il peut également vous demander la différence de loyer entre le loyer que vous lui avez loué et le logement qu’il devra trouver à la toute dernière minute pour une période qui varie normalement de 12 à 24 mois.

Les frais de déménagement supplémentaires, les frais d’hébergement temporaires, les frais de restauration et d’entreposage seront possiblement l’objet de sa réclamation.

En sachant quelles sont vos obligations , vous serez mieux à même de prendre une décision éclairée dans la négociation qui pourrait intervenir dans de semblables situations.

Dès l’ouverture des bureaux de la Régie du logement, le 2 juillet, vous pourrez introduire une demande en éviction d’un occupant sans droit. La Régie du logement réserve des dates spécifiquement pour ce type de dossiers qui se font réguliers d’année en année malheureusement.

Vous pouvez communiquer avec notre service juridique pour une assistance dans le cheminent de ce dossier. Souvenez-vous qu’en faisant une planification adéquate, vous risquez d’éviter bien des problèmes.

0 Réponse à “Le premier juillet s'annonce compliqué”

Laisser un commentaire