Nager sur place : Les effets des inondations catastrophiques sur le marché de l’habitation du Canada

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Immobilier

Source: SCHL

Nager sur place : Les effets des inondations catastrophiques sur le marché de l’habitation du Canada

Les inondations de maisons individuelles, jumelées et en rangée sont en hausse au Canada. À ce jour, il n’y a pas eu d’évaluation quantitative pour déterminer les répercussions des inondations sur les marchés immobiliers et hypothécaires du Canada.

En réponse, le Centre Intact d’adaptation au climat de l’Université de Waterloo a mené une évaluation sur la période de 2009 à 2020 selon quatre perspectives :

  • le prix de vente moyen des logements;
  • le nombre moyen de jours sur le marché pour vendre un logement;
  • la variation moyenne du nombre de logements mis en vente;
  • les changements dans les prêts hypothécaires en souffrance et les reports de paiements..

Ce numéro de Recherche en action résume les résultats de cette évaluation.

 

Aperçu du projet

Les villes et les collectivités incluses dans l’étude partageaient au moins deux des caractéristiques suivantes :  

  • les demandes de règlement d’assurance reçues après les inondations > 25 millions de dollars;
  • l’ampleur des inondations > un évènement en 50 ans (une inondation majeure);
  • la collectivité n’avait pas d’antécédents d’inondations catastrophiques répétées.

Cinq villes répondaient aux critères ci-dessus et ont été prises en compte dans la composante immobilière de l’étude :

  • Grand Forks (Colombie-Britannique)
  • Burlington (Ontario)
  • Toronto (Ontario)
  • Ottawa (Ontario)
  • Gatineau (Québec)

Deux villes ont été prises en compte relativement à l’incidence des inondations sur les prêts hypothécaires en souffrance et les reports de paiements. Les données agrégées sur les prêts en souffrance et les reports de paiements proviennent d’une institution financière canadienne qui a demandé que les villes analysées demeurent anonymes.

L’incidence des inondations sur les marchés immobiliers et hypothécaires a été mesurée pendant des périodes de six mois avant et après les inondations catastrophiques.

L’« effet net » des inondations a été déterminé en « soustrayant » les changements dans les variables prises en considération dans les collectivités témoins non inondées.

Principales constatations

Voici les répercussions nettes des inondations catastrophiques sur les habitations :

  • réduction de 8,2 % du prix de vente final des logements;
  • augmentation de 19,8 % du nombre de jours sur le marché pour vendre un logement;
  • réduction de 44,3 % du nombre de logements mis en vente.

Contrairement aux répercussions importantes des inondations sur de multiples caractéristiques du marché immobilier, il n’y a eu aucune incidence importante sur les prêts hypothécaires en souffrance et les reports de paiements hypothécaires.

Atténuation des risques d’inondation résidentielle

Voici des mesures suggérées pour aider à limiter les répercussions des inondations au niveau des collectivités et des logements :

  • Conseils sur la protection contre les inondations d’habitations
  • Programme d’évaluation des maisons en matière d’adaptation du climat (PEMAC)
  • Cartes des risques d’inondation
  • Cotes de risque d’inondation résidentielle
  • Infrastructure naturelle
  • Atténuation des risques d’inondation dans les collectivités

Pour en savoir plus, téléchargez le rapport complet.

0 Réponse à “Nager sur place : Les effets des inondations catastrophiques sur le marché de l’habitation du Canada”

Laisser un commentaire